Elfe Noir

ELFE NOIR

Création et reproduction

Plusieurs se questionnent toujours quant aux liens qui unissent les Elfes «blancs» aux Elfes noirs, mais personne ne peut conclure entre une origine commune ou bien des similitudes qui ne seraient que le fruit du hasard. En effet, outre leur allure svelte, leurs oreilles en pointe et leur étonnante agilité, ils n’ont pas grand-chose d’autre en commun. Leur cruauté, la perversité de leurs actes, leur haine des créatures de la «surface» ainsi que leur peau noire comme l’onyx les différencient aisément des Elfes. Même les relations au sein de leur propre race sont caractérisées par la trahison et la recherche du pouvoir.

Rites et coutumes

Chaque regroupement, que ce soit une ville ou une famille, est dirigé selon un système matriarcal intransigeant. L’aînée ordonnera à ses sœurs, ses filles ou ses nièces, puis celles-ci se serviront des hommes pour exécuter les tâches de moindre envergure. Bien qu’il y ait une lutte pour le pouvoir sanglante et perpétuelle, les membres d’une même faction sont généralement fidèles les uns aux autres lorsque la matriarche est bien établie. Quant aux autres, tous les moyens sont bons pour arriver à ses fins : la manipulation tout autant que l’éradication.

Les Elfes Noirs n’ont généralement pas le cœur à la fête, mais deux évènements d’envergure sont néanmoins soulignés régulièrement : la naissance d’une fille et l’épreuve des hommes.

La naissance d’une fille est toujours bien accueillie; toutes les femmes de la famille, même la matrone, se présentent pour l’occasion et des offrandes sont même données à la mère. Des banquets et des joutes sont même organisés, au plaisir des dames qui sont évidemment servies par les hommes. D’ailleurs, les plus chanceux auront l’occasion de combattre devant la matrone et le survivant du combat recevra moult honneurs. L’épreuve des hommes est par contre un peu moins fastueuse. Les femmes ne se déplacent pas pour venir observer et nulle réjouissance, autre que celle de pouvoir vivre un autre jour, n’est offerte aux participants. Ce test consiste à évaluer les aptitudes des jeunes qui auront été préalablement entraînés au combat depuis leur premiers pas. Les guerriers les plus talentueux auront la chance de servir pour des missions guerrières, et même d’être choisi comme reproducteur par les femmes, tandis que les plus faibles seront relégués à des tâches de subordonnés : serviteur, homme à tout faire, coursier…

Relation et style de vie en Sindar

Certaines régions ont vu s’établir de petits groupes d’Elfes Noirs à la surface et, en certains endroits, on dit même qu’ils seraient parvenus à des postes politiques dans des cités à la réputation douteuse…

La plupart des individus qui se sont joints à des groupes où l’on constate une mixité raciale sont des mâles, menacés ou chassés car trop faible, ou bien ayant une ambition qui serait dangereuse d’exercer dans une communauté uniquement composée de leur race. Il existe également des petites familles suivant le modèle matriarcal qui se sont établies en surface et qui parviennent à faire des ravages là où elles passent.

Dans tous les cas, ils sont rarement aperçus de jour; leur évolution ayant favorisé les individus aux mœurs nocturnes, elle désavantage fortement les sorties au soleil. Ceci n’empêche pas qu’ils pullulent de plus en plus à la surface grâce à un sens de la survie exacerbé.

Description

Leur carrure athlétique et leur grâce naturelle sont mises en valeur par des vêtements généralement de bonne facture, facilitent le camouflage dans l’ombre et semble d’un style insolite pour un l’œil d’un étranger. Leur chevelure blanche, au travers de laquelle ressort souvent leurs oreilles pointues, est habilement mise en valeur et fait d’autant plus ressortir le noir profond de leur peau. Ils estiment les bijoux et les parures, mais rares sont les hommes qui ont la possibilité d’en porter lorsqu’ils sont sous les ordres d’une matriarche.

Prérequis

  • Oreilles pointues
  • Maquillage noir
  • Pilosité blanche
  • Alignement Mauvais